JPEG - 516 kioL’équipe de recherche dirigée et supervisée par le Professeur Wilfried MULLENS, cardiologue à l’université de Hasselt (Ziekenhuis Oost-Limburg), a mis au point un traitement amélioré pour les patients souffrant d’insuffisance cardiaque.

Le groupe de recherche du Professeur Mullens (photo ci-contre) s’est concentré sur trois domaines : l’interaction entre le cœur et les reins, l’amélioration de l’utilisation des dispositifs médicaux et la réalisation d’un traitement individualisé.

 Une avancée médicale
« Dans le traitement de l’insuffisance cardiaque, la résolution de la rétention hydrique est toujours la première étape », explique le Professeur Mullens. "Une meilleure compréhension de la physiologie de base du cœur nous a permis de trouver une combinaison efficace des diurétiques classiques et d’acétazolamide. L’efficacité de cette association a été scientifiquement démontrée par une étude à grande échelle impliquant plus de 500 patients dans 27 hôpitaux belges. Nous n’avons pas proposé de traitement nouveau et coûteux, bien au contraire, nous avons élaboré une combinaison de médicaments existants et peu coûteux. Cela rend le traitement plus accessible, plus économique et extrêmement efficace."

Traitement individualisé
L’application pratique du traitement individualisé reste un défi. La procédure de collecte d’urine et les analyses de laboratoire s’avèrent longues et fastidieuses avant que les résultats ne soient connus. C’est pourquoi une méthode a été mise au point pour mesurer rapidement et efficacement la qualité de l’urine des patients. Les infirmières peuvent ainsi procéder elles-mêmes à des ajustements ciblés de la médication et ce, aussi souvent que nécessaire.

Dispositifs médicaux
"Nous avons également collaboré au développement de senseurs qui peuvent être placés dans la circulation pulmonaire pour mesurer à distance la pression sanguine dans les poumons. Grâce à ces capteurs, nous pouvons intervenir beaucoup plus rapidement et éviter de nombreuses hospitalisations" précise le Professeur Mullens.

Mise en œuvre
« Si nous pouvons démontrer que le respect strict des protocoles a un impact positif sur la santé des patients, nous pourrons également chercher des solutions systématiques pour améliorer le respect des protocoles », conclut le Professeur Mullens.

Le Fonds pour la Chirurgie Cardiaque soutient cette recherche prometteuse avec un budget de 30.000 € et ce, grâce à la générosité de ses donateurs. Vous aussi, pouvez y contribuer, ainsi qu’au financement d’autres recherches soutenues par le Fonds.

par Jean-Marie Segers, journaliste médical.